Blogue

12-11-2021

Nouvelle

Comment bien choisir son terrain?

Acheter votre terrain est la première étape de votre projet de construction. Bien entendu, l’emplacement géographique, la proximité des services et sa superficie sont des critères de base que vous devrez établir avant de lancer votre recherche. Au-delà de cette liste, il y a plusieurs éléments à considérer, notamment l’orientation solaire, la topographie et le type de sol, le zonage et le propriétaire foncier du terrain. Aussi, d’un point de vue financier, il est bien de garder en tête que le prix du terrain ne devrait pas excéder entre 25% à 30% du total du budget que vous désirez consacrer à votre projet. À noter que dans ce pourcentage, nous vous conseillons d’inclure les frais d’acte notarié.

Orientation solaire

L’orientation solaire du terrain (façade et cour arrière) est ce qui influencera la configuration des pièces et l’emplacement stratégique de la fenestration afin de maximiser l’apport de la lumière naturelle.

Une maison solaire passive privilégie les pièces de vie et une fenestration principale au Sud, avec les pièces secondaires ou utilitaires (salle d’eau, salle mécanique, salle de lavage, etc.) et une fenestration minimale au Nord. Il est donc important de prendre un moment afin de considérer vos habitudes de vie avant de faire une offre sur un terrain. Par exemple, si vous préférez avoir une cour ensoleillée et des pièces de vie qui donnent vers l’arrière, assurez-vous que le terrain convoité le permet.

Chez UrbanÉco, nous prenons toujours le temps d’en discuter avec nos clients avant qu’ils choisissent un terrain dans l’un de nos écoquartiers afin de les outiller le plus possible dans leur décision. Ensuite au moment de la conception, c’est la relation avec l’extérieur, le rythme de vie des clients et la topographie du terrain qui définissent principalement l’organisation des pièces à l’intérieur.

Topographie et types de sols

Une construction écologique débute toujours par la conception de plans qui visent à minimiser l’impact environnemental de votre projet (conserver le milieu naturel, conserver un maximum d’arbres autour de la future résidence, minimiser l’empreinte au sol et l’excavation/remblais). Nous adaptons donc toujours la structure de la maison en fonction du terrain afin d’en tirer avantage et d’implanter la maison en harmonie avec son environnement. Par exemple, si votre terrain a une forte pente, nous vous suggérons d’exploiter cette pente et de faire un rez-de-jardin avec une porte-patio. Si votre terrain est plutôt plat, alors nous allons privilégier une maison sur deux étages plutôt qu’un rez-de-chaussée et un sous-sol. Contrairement au rez-de-jardin qui est plus frais mais comprend tout de même un accès direct avec une porte-patio et au moins une façade bien fenestrée, les sous-sols sont souvent humides, avec des pièces de vie peu intéressantes qui manquent de lumière. S’adapter au terrain a aussi un avantage monétaire: puisqu’on s’implante en fonction de celui-ci, on minimise le temps et les coûts à remanier le sol.

Différents types de sols existent également et peuvent influencer les coûts de construction. Si le terrain est sur une montagne ou encore si vous voyez des caps de rocs, alors il est fort probable que vous devrez dynamiter. Si le sol est argileux, alors il est fort probable que votre système d’installation septique soit coûteux (environ 40 000$). Finalement, gardez l’œil ouvert pour les plans d’eau ou les milieux humides (ceux-ci sont caractérisés par la présence de certaines plantes). Leur présence peut mener à des zones inconstructibles sur le terrain.

Zonage et propriétaire foncier du terrain

Avant de faire une offre officielle sur votre terrain, assurez-vous auprès de la municipalité qu’il convient aux usages que vous désirez en faire. Il est important de valider qu’il est zoné pour construction résidentielle, quelles sont les activités permises (par exemple, avez-vous le droit d’avoir des poules?) et si un PIIA, CCU ou autre s’applique à votre lot. Le cas échéant, certaines restrictions peuvent s’appliquer, par exemple en établissant des critères architecturaux particuliers, le nombre d’étages permis, une fenestration principale en façade (qui n’est pas forcément au Sud), etc. Des délais supplémentaires peuvent aussi être à prévoir pour l’acceptation du projet et l’émission de votre permis de construction.

Si une charte encadre le quartier dans lequel vous achetez votre lot, portez attention si un nombre de pieds carrés minimal est requis: quelle n’est pas la déception de nos clients qui se rendent comptent que financièrement, ils ne peuvent se permettre cette empreinte au sol, ou encore qu’ils n’aient pas besoin de tous ces pieds carrés, donc ils doivent investir dans quelque chose de futile.

Le coup de coeur

Finalement, notre dernier et plus important conseil est d’acheter le terrain pour lequel vous aurez un gros coup cœur. Vous vous apprêtez à faire le projet d’une vie et vous établir dans un endroit pour au moins quelques années à venir. Si le milieu vous inspire et qu’il répond à vos critères, foncez! Vous n’êtes pas certains si votre investissement en vaut le coup? Demandez à un professionnel de vous accompagner si possible. UrbanÉco offre d’ailleurs ce service afin de vous accompagner dans cette étape importante, pour vous assurer que vous ferez le meilleur choix pour vous, votre famille et votre avenir.

Voilà, vous êtes enfin prêts pour votre recherche!

 

Sources: https://soumissionrenovation.ca/fr/blogue/planification-budget-projet-autoconstruction
https://leguearchitecture.com/blogue/quoi-savoir-avant-acheter-terrain/
https://www.ecohabitation.com/guides/1073/projet-de-construction-choisissez-bien-votre-terrain/
Crédit phot0 – Photo de couverture : Unsplash License

articles